Ayez une épargne de précaution !

Non seulement une épargne de précaution sera un critère pour obtenir un prêt immobilier, mais elle accroîtra votre bien-être : épargner rend plus heureux !

Henri Avelot - La Cigale et la Fourmi - 1932
Henri Avelot - La Cigale et la Fourmi - 1932

Une banque est une fourmi qui ne prête pas aux cigales ! Elle prêtera plus volontiers aux écureuils, aux emprunteurs qui en prévision de l’hiver, font provision de noix.

Avoir une épargne de précaution sera un réel avantage lors de la demande d’un crédit immobilier, car cela montrera au banquier que vous êtes en mesure de gérer votre budget et de mettre de côté des fonds pour faire face à des dépenses imprévues ; de prévoir l’avenir et de savoir vous préparer à toute éventualité.

Elle rassurera le prêteur quant à votre capacité à rembourser le crédit immobilier et à maintenir vos paiements de manière régulière. Votre épargne augmente la confiance en vous du banquier !

Elle le rassurera d’autant mieux si votre future mensualité est supérieure au loyer que vous payez actuellement : si vous devez rembourser 1000 € demain alors que vous payez 800 € aujourd’hui, mais que vous épargnez déjà 200 € tous les mois, alors le banquier saura que vous êtes capable d’assumer une charge plus élevée. Passer de 800 à 1000, c’est ce qu’on appelle un saut de charge - critère déterminant pour l’octroi d’un prêt.

De plus, si vous avez une épargne de précaution importante, vous pourrez en utiliser une partie pour réduire le montant que vous demandez à emprunter, ce qui peut réduire le coût total de votre crédit immobilier en raison des intérêts moins élevés.

Grâce à votre épargne, vous aurez un apport personnel et grâce à votre apport personnel, vous réduirez le coût du crédit ainsi que la mensualité : non seulement parce que vous réduirez le montant emprunté, mais encore parce que vous obtiendrez un taux plus bas. Votre effort d’épargne vous fera faire des économies substantielles et bien méritées ! Vos efforts seront récompensés.

Votre épargne est donc un critère capital pour obtenir un prêt immobilier d’une part, d’autre part pour obtenir de meilleures conditions de crédit.

Et il y a mieux : avoir une épargne de précaution vous donnera une marge de manœuvre financière en cas de difficultés imprévues pendant la durée de votre prêt, vous permettant ainsi de continuer à le rembourser sans avoir recours à des solutions de financement plus coûteuses, comme le rallongement de la durée du crédit ou le recours à un prêt personnel. Là encore vous perdrez moins d’argent grâce à votre épargne.

Enfin il y a votre sérénité, votre tranquillité d’esprit et osons le mot : votre bonheur. L’épargne serait aussi une condition du bonheur !

L’épargne fait le bonheur !

Épargner c’est se rendre plus heureux !

Si l’économie du bonheur s’est longtemps focalisée sur la relation entre les revenus et le bonheur, la recherche s’est dernièrement concentrée sur les bienfaits d’une épargne solide et régulière.

Selon une étude publiée en 2019 en Angleterre pour la banque Barclays (Challenging Perceptions of Wealth), l’épargne influence grandement notre bonheur. Pas notre perception du bonheur mais plus concrètement notre sentiment d’être heureux ou pas.

Plus précisément encore, cette étude a montré que lorsqu’une personne augmente son taux d’épargne mensuel de 10%, elle a autant de chances de se dire très satisfaite de sa vie que si elle était en excellente santé !

Quand on sait, depuis les travaux de Martin Selingman, fondateur de la psychologie positive, que le bonheur augmente l’espérance de vie et mieux encore, permet de vivre plus longtemps en meilleure santé mentale et physique, alors l’acte d’épargner prend ici une importance vitale.

D’autant que cet effet de l’épargne sur le bonheur est supérieur à celui des revenus. Une grosse épargne vous rendra plus heureux qu’un gros revenu, l’essentiel n’étant pas combien je gagne mais combien j’ai de côté.

À tel point que si la progression de votre épargne est fermement maintenue sur le long terme, son impact positif sur votre état peut carrément être multiplié par trois !

C’est l’épargne de précaution qui contribue le plus au bonheur !

Mais ce rapport entre l’épargne et le bonheur vaut-il pour tous les placements ?

L’épargne est l’argent que vous placez au lieu de le dépenser. Elle correspond à la différence entre vos revenus et vos dépenses.

Elle peut être utilisée pour :

  • Financer des projets à plus ou moins long terme, comme les études de vos enfants ou un projet immobilier.
  • Se constituer un complément de revenus pour plus tard, par exemple pour compléter votre retraite.
  • Faire face à des imprévus : c’est ce qu’on appelle l’épargne de précaution.

Or si épargner rend heureux, c’est une épargne de précaution qui vous rendra le plus heureux ! C’est dire comme cette question est cruciale pour votre bien être, au-delà de l’obtention d’un prêt.

Cette précellence de l’épargne de précaution sur tout autre type d’épargne, c’est ce que démontre une autre étude anglaise publiée en 2016 (How Your Bank Balance Buys Happiness : The Importance of “Cash on Hand” to Life Satisfaction).

L’épargne de précaution, laquelle peut être utilisée immédiatement en cas de besoin, aura une efficacité plus significative sur le bonheur que tout autre type de placement, qu’il fût immobilier, boursier ou financier.

L’épargne investie dans l’immobilier aura également un effet positif sur le bonheur, mais son effet sera moins important. Aussi est-il recommandé de ne pas épuiser toute son épargne pour gonfler son apport lorsqu’on investit dans la pierre ! Il sera préférable de maintenir une réserve de sécurité en cas de coup dur, soit en s’endettant davantage, soit en achetant un bien plus petit ou moins cher.

L’impact de la propriété sur le bonheur étant en réalité moins important qu’on ne le croit, il sera plus judicieux en effet de conserver une épargne de précaution afin de maintenir un niveau de bien-être plus élevé. Si l’immobilier est le placement préféré des français, ce n’est pas lui le plus rassurant !

En revanche, l’épargne investie en actions n’a pas d’effet globalement positif sur le bonheur, le bonheur des investisseurs fluctuant en fonction des performances boursières. D’autant qu’en temps de crise, ces investisseurs seront plus susceptibles d’être anxieux à la fois pour leur emploi et pour leurs économies.

La notion de richesse doit donc être réexaminée : se sentir riche ne dépend pas nécessairement d’un gros revenu ou d’une grosse épargne, mais plutôt de la disponibilité d’une somme d’argent liquide suffisante.

Quand dit-on que l’argent est liquide ?

On dit que l’argent est liquide lorsqu’il peut être facilement utilisé ou converti en espèces ou en monnaie équivalente, sans perte de valeur ou avec des frais de conversion minimaux.

Par exemple, si vous avez de l’argent sur votre compte en banque, vous pouvez le retirer à tout moment et l’utiliser pour payer vos dépenses courantes. Cet argent est considéré comme liquide parce qu’il est récupérable immédiatement.

En revanche, si vous avez investi votre argent dans un produit financier qui nécessite de passer par une procédure de vente ou de conversion avant de pouvoir utiliser l’argent, par exemple un plan d’épargne en actions, cet argent sera moins liquide et pourrait vous coûter des frais ou subir une perte de valeur lors de sa conversion.

L’argent est liquide s’il peut être employé à des dépenses urgentes. Cette somme d’argent à votre disposition en permanence, facilement accessible - sans risque de perte en capital - c’est votre épargne de précaution.

Selon la psychologie comportementale, constituer une épargne de précaution est encouragé par trois facteurs :

  • Notre aversion au risque et à l’incertitude : ne pas avoir d’épargne de précaution signifie accepter que nos dépenses futures varieront selon nos revenus ;
  • Notre besoin de contrôle : ne pas avoir d’épargne de précaution, c’est accepter de subir les événements, de ne pas avoir de contrôle sur notre niveau de vie ;
  • Notre aspiration à la stabilité : se pourvoir d’une épargne de précaution nous permet de maintenir nos habitudes de vie.

Beaucoup de personnes font l’erreur de ne pas anticiper les dépenses imprévues et de paniquer lorsqu’elles surviennent. Cela peut les conduire à prendre des décisions financières inadaptées, comme vider leur compte courant ou souscrire un prêt à un taux exorbitant.

Souvent les deux si elles n’avaient pas suffisamment d’argent liquide sur le compte : non seulement il ne leur reste plus rien, mais elle s’endettent pour couvrir le reste qui leur manquait…

Tout l’enjeu d’une épargne de précaution est donc de vous aider à éviter ces situations stressantes. De l’argent liquide vous fournira une source de tranquillité d’esprit en cas de dépenses imprévues, comme une assurance contre les aléas de la vie et les frais qui en découleront.

Ces aléas sont difficiles voire impossibles à prévoir mais il est possible voire facile de les anticiper. Votre épargne de précaution est votre assurance tous risques.

Une épargne de précaution vous protège et vous rassénère - c’est pourquoi elle vous rendra plus heureux.

Votre épargne de précaution en 5 étapes

Comment se constituer une épargne de précaution ? Ou pour le formuler autrement : comment contribuer soi-même à son propre bonheur ?

Il est essentiel de se protéger financièrement contre les imprévus de la vie. Que ce soit un coup dur ou des frais exceptionnels inattendus, il est nécessaire d’avoir un plan pour faire face à ces dépenses imprévues.

Alors comment s’y prendre?

  1. Établir son budget : avant tout, il est important de connaître ses revenus et ses dépenses afin de déterminer la somme qui peut être mise de côté chaque mois.
  2. Définir le montant de l’épargne de précaution : il est recommandé de mettre de côté l’équivalent de 2 à 6 mois de revenus, soit environ 3 mois en moyenne. Ce montant peut être ajusté en fonction de votre situation personnelle et professionnelle, ainsi que de votre niveau de confort financier.
  3. Choisir un support de placement sûr et liquide : l’épargne de précaution doit être disponible à tout moment et ne pas être soumise à des risques de perte en capital. Un livret réglementé tel que le livret A peut être un bon choix.
  4. Mettre de côté une partie de ses revenus chaque mois : une fois que vous avez défini le montant de votre épargne de précaution et le support de placement, il suffit de mettre de côté une partie de vos revenus chaque mois pour atteindre votre objectif. Nous vous conseillons d’opter pour un virement automatique pour vous forcer à économiser régulièrement sans avoir à y penser.
  5. Revoir régulièrement son épargne de précaution : il est important de vérifier régulièrement que votre épargne de précaution est suffisante et adaptée à votre situation. Si vous avez des changements dans votre vie, par exemple une augmentation de salaire ou un nouveau projet, n’hésitez pas à ajuster le montant de vos provisions en conséquence.

Dans la mesure du possible, vous constituer une épargne de précaution dès vos premiers revenus sera l’idéal.

L’enjeu est non seulement de ne pas se retrouver dans des difficultés financières, mais de ne pas les amplifier en rentrant dans la spirale du recours à un crédit : il vaut mieux se payer soi-même dès aujourd’hui qu’avoir à payer un prêteur plus tard.

Qu’est-ce qu’une épargne de précaution ?

L’épargne de précaution est une somme d’argent mise de côté pour être utilisée en cas d’imprévu nécessitant des dépenses immédiates.

On peut également parler d’une cagnotte de secours ou d’un matelas de sécurité. Ce fameux imprévu peut être la perte soudaine d’un emploi, des travaux à réaliser en urgence, des frais de santé suite à un accident, la mauvaise surprise d’une panne de voiture.

Une épargne de précaution n’est donc pas prévue pour couvrir les dépenses courantes, comme le loyer, l’électricité, l’alimentation, les loisirs ou les voyages. Elle doit être conservée pour faire face aux aléas de la vie, qui ne sont pas réguliers par définition.

L’épargne de précaution est également distincte de l’épargne destinée à des projets précis, dont le montant et la durée sont déjà déterminés, comme un crédit immobilier.

Avoir une épargne de précaution vous permet d’éviter de mettre votre compte courant à découvert et de payer des frais bancaires supplémentaires, ou de puiser dans votre épargne affectée à des projets à moyen ou long terme.

Pour être efficace, votre épargne de précaution doit :

  • Être accessible immédiatement ou très rapidement : elle doit être facilement disponible (on parle également de liquidité).
  • Être sûre : elle ne doit pas comporter de risque de perte en capital.
  • Ne pas perdre de la valeur au fil du temps : vous placerez votre épargne de précaution sur un produit qui rapporte des intérêts, comme un livret, plutôt que sur un compte bancaire qui n’en rapporte pas.

On comprend pourquoi une épargne de précaution ne peut être un placement de longue durée : l’immobilier est peu liquide, outre qu’il présente un risque de perte de capital ; pas davantage un plan d’épargne entreprise ou un plan d’épargne en actions par exemple, lesquels sont sujets à des pertes d’avantages fiscaux en cas de déblocage anticipé.

Combien épargner par précaution tous les mois ?

L’épargne de précaution est un sujet personnel et le montant nécessaire dépend de votre situation financière et professionnelle, de votre niveau de vie et de votre âge.

Pour déterminer le montant dont vous avez besoin, il est important de tenir compte de vos dépenses courantes et de votre train de vie en général. Les besoins ne sont pas les mêmes pour une personne seule, un couple ou une famille avec enfants.

Votre statut professionnel est également un facteur à prendre en compte, car être travailleur non salarié, fonctionnaire, en CDI ou intérimaire implique des conditions de revenus différentes en termes de régularité et de sécurité.

Il est tout aussi important de tenir compte de vos propres besoins psychologiques et de votre niveau de confort financier. Vous pouvez avoir besoin de disposer d’une épargne plus importante que ce dont vous avez réellement besoin pour vous sentir en sécurité financière. Cet aspect est difficile à quantifier car il dépend de chaque personne et peut varier en fonction de paramètres plus ou moins rationnels.

Comme on dit, les petits ruisseaux font les grandes rivières… Pour vous faire une idée, commencez modestement et progressivement : 10 € de côté le premier mois, 20€ le deuxième, 30€ le troisième et ainsi de suite pendant douze mois. À ce compte là, vous aurez déjà épargné 1560€ au bout d’un an !

En tout cas il est communément admis que le montant de l’épargne de précaution doit correspondre à environ 2 à 6 mois de vos revenus, soit en moyenne 3 mois. Si vous gagnez 2000 € par mois, 4000 € de côté disponibles immédiatement sera un minimum. 6000 seront plus sécurisants. 12 000 seront largement suffisants.

Pour savoir combien il vous faut de côté et combien de temps il vous faudra pour réunir l’argent, deux méthodes s’offrent à vous : soit en tenant compte de votre reste à vivre, soit en tenant compte de vos revenus.

La méthode la plus simple est de calculer un montant d’épargne de précaution égal à au moins 10% de vos revenus. Par exemple, si vous gagnez 2000 €, alors tâchez d’épargner 200 € tous les mois. Pour mettre de côté 4000 €, il vous faudra alors 20 mois. 30 mois pour provisionner 6000 € ; 60 mois soit 5 ans pour atteindre les 12 000 € idéaux.

10% de vos revenus, c’est le minimum requis. Mais l’idéal serait 20%. Soit deux fois moins de temps pour réunir l’argent !

Pour y parvenir, payez-vous en priorité ! Mettez en place un virement automatique immédiatement après la réception de votre salaire. Si vous le percevez en fin de mois : virez automatiquement 20% de votre salaire dès le premier jour du mois suivant.

La méthode relative au reste à vivre est plus compliquée mais plus efficace aussi. Non seulement elle vous aidera à épargner, mais elle vous aidera également à gérer l’ensemble de votre budget : d’avoir une vision plus précise de vos moyens financiers.

Le reste à vivre correspond à ce qu’il vous reste pour vivre et pour réaliser vos projets ou vos loisirs. En connaissant votre reste à vivre, vous comprendrez beaucoup mieux comment vous dépensez votre argent et où vous pouvez éventuellement faire des économies.

Dans ce cas de figure, vous établirez d’abord votre budget en prenant en compte tous vos revenus et toutes vos dépenses. Une fois que vous connaîtrez le montant de vos dépenses, vous serez à même de mieux estimer votre besoin en épargne.

Un conseil : raisonnez selon votre âge. À 30 ans, il est bon d’avoir au moins 3 mois de dépenses en réserve dans sa poche ; si vous avez 40 ans, prévoyez 6 mois ; à 50 ans il est vivement conseillé d’avoir 1 an de dépenses devant soi.

Si vos dépenses sont supérieures à vos revenus, il faudra naturellement rééquilibrer votre budget, sans quoi vous n’auriez plus de capacité d’épargne. Si c’est le contraire, la différence représente l’argent que vous pouvez économiser.

Attention cependant au mode de calcul : le reste à vivre pris en compte pour l’obtention d’un crédit immobilier n’est pas calculé comme le reste à vivre pris en compte pour la constitution d’une épargne de précaution.

Du point de vue du prêteur, le reste à vivre est la différence entre votre revenu et la mensualité du prêt. Un crédit immobilier ne pouvant dépasser un taux d’endettement de 35%, votre reste à vivre sera égal à 65% de vos revenus.

Du point de vue de l’épargnant ou de l’emprunteur, le reste à vivre est la somme d’argent qui reste disponible après avoir déduit de vos revenus les dépenses essentielles : non seulement la mensualité d’un prêt mais aussi les factures, de chauffage, d’eau ou d’électricité, ou encore les courses liées à l’alimentation, dont nous ne saurions nous priver en effet.

Des deux points de vue, ce dernier est le plus sécurisé. Si vous voulez prendre toutes vos précautions, il est clair que connaître vos dépenses en détail vous permettra d’épargner plus efficacement mais aussi plus sereinement, sans craindre de vous retrouver à découvert à la fin du mois.

En tout cas, que vous optiez pour le calcul plus large du prêteur ou pour le calcul plus étroit du consommateur, l’important est d’être certain que vous pourrez économiser ce montant chaque mois.

Ne doutez pas de votre capacité d’épargne. Une épargne de précaution est à la portée de tout un chacun. Si vous regardez à deux fois vos revenus et vos dépenses, votre reste à vivre et vos besoins, vous obtiendrez une satisfaction que vous n’éprouviez pas jusqu’alors : la prise de conscience que vous en êtes capable !

Telle est la surprise que nous créons régulièrement chez nos clients : ils se découvrent le pouvoir d’épargner plus qu’ils ne pensaient, quand d’autres s’en croyaient tout simplement incapables.

Certes une épargne de précaution est notre épargne de base, l’épargne élémentaire pour être en mesure de réagir rapidement en cas d’urgence.

Or le plus remarquable est qu’une fois que nous aurons patiemment constitué une épargne de précaution, grâce à l’habitude que nous aurons prise de placer régulièrement une somme d’argent, nous verrons se dégager encore une partie excédentaire que nous pourrons alors consacrer à d’autres projets ou d’autres placements, comme un investissement immobilier par exemple.

Là est la grande vertu d’une épargne de précaution : elle est notre premier effort d’épargne, par conséquent elle nous éduque financièrement.

Education financière et bien-être financier vont ensemble. Epargner pour sa sécurité financière procure non seulement un sentiment de richesse, de quiétude et de stabilité, mais encore un sentiment de liberté.

Nous comprenons mieux pourquoi notre épargne peut nous rendre plus heureux que nos revenus.

> Simulation de crédit immobilier au meilleur taux avec Hypo

Partagez cet article sur

Simulez votre
prêt immo avec Hypo

Hypo est un chatbot qui vous fait une simulation de crédit immobilier en 5mn !

Étude complète, calcul précis, résultat immédiat !

Hypo vous pose les bonnes questions pour personnaliser le financement de votre projet : plus vos informations seront exactes, plus précise sera sa simulation.

Accord de principe immédiat !

Hypo est rapide

Conversation en 4 étapes

1. Votre projet

Chaque projet est unique !

Hypo commence par vous demander pour quel type de bien immobilier vous souhaitez une simulation.

2. Votre profil

Chaque emprunteur est unique !

Il est important pour Hypo de connaître votre situation personnelle, professionnelle, patrimoniale et financière.

3. Votre financement

Hypo vous donne le résultat immédiatement !

Vous pouvez aussi lui demander de vous envoyer sa simulation et le détail de son calcul par mail.

4. Vos coordonnées

Vous souhaitez l’expertise d’un conseiller ?

Vous pouvez laisser vos coordonnées à Hypo pour qu’il confie votre dossier à un courtier en prêt immobilier.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager. Service gratuit proposé par la société Hypo Bot, spécialiste en crédit immobilier, immatriculée à l'ORIAS sous le numéro 09051593 en tant que Courtier en opérations de banque et en services de paiement et Courtier en assurances, soumise au contrôle de l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR - https://acpr.banque-france.fr). Les informations recueillies par le chatbot sont sécurisées et conservées par Hypo Bot pour la gestion des clients. Mentions légales, Politique de cookies et Politique de confidentialité consultables sur www.hypo.ai. Vos données personnelles vous appartiennent et ne peuvent être partagées sans votre accord.